• Pour les fêtes, le Père Noël avait déposé de beaux petits paquets au pied du sapin....et par l'intermédiaire de mon amie Catherine, j'ai découvert un très beau roman que j'ai dévoré dès que j'en ai eu l'occasion, allongée sous le soleil alentejan....

    Plusieurs raisons pour lesquelles je veux vous en parler: d'abord, parce que j'ai adoré....et puis parce que c'est un livre auto-édité à promotionner.....enfin , parce que Catherine qui l'a lu aussi m'a demandé expressément de lui dire ce que j'en ai pensé.

    Un peu de lecture....

    "Tout ce qu'il faut laisser" de Christine Bages-Limoges

    En entrant dans ce roman, je me suis d'abord sentie vieille...Vieille comme Carmela,70 ans, qui raconte des bribes de sa vie.

    Je n'étais pas vieille par rapport à ses souvenirs du passé, n'ayant pas grandi comme elle dans la pauvreté de l'Italie, obligée à migrer en France vers une vie meilleure...

    Non, je me suis sentie vieille par rapport à ses anecdotes du présent reflétant la société de consommation actuelle et les modes de vie moderne, avec leurs choix multiples.... Le monde était si différent enfant...Comment Carmela peut-elle comprendre tout cela, elle que la vie a porté dans son cours: se marier, avoir autant d'enfants que le destin en offrait, économiser pour s'offrir la première machine à laver,partager téléphone et téléviseur avec les voisins et accéder à la propriété.

    Et puis je suis entrée dans l'empathie, la sympathie même pour cette femme qui, parmi quelques rares moments de bonheur comme sa rencontre avec Giuseppe, nous parle de la perte: perte de sa patrie, perte de ses compétences et de ses repères dans un pays inconnu,perte de ceux qu'elle aime et perte du dernier espoir qui permettait de tenir face à tout ça.

    Le mal de Carmela, "la Zheimer" qui lui mange la tête, nous contraint à un récit morcelé,des bribes de souvenirs dans le désordre, des expressions déformées (par la maladie ou mal assimilées depuis toujours?). Assise avec Carmela qui raconte,le temps passe si vite et le temps s'arrête....

    Et comme un refrain qui revient, un sanglot retenu qui cherche une issue et repart se cacher. "Dieu sait où".

    C'est un très beau roman sur l'immigration,le départ forcé vers une vie meilleure, mais c'est aussi et surtout un roman sur la perte, sur tout ce qu'il faut laisser....

     

    Pour résumer, je vous le conseille vivement... Alors à vos claviers pour le commander!

    Bonne lecture!


    3 commentaires
  • Pour le troisième mois consécutif, j'ai renouvelé ma petite expérience d'une "gribouille " par jour avec le thème sous l'océan. Avec un thème aquatique, j'ai décidé de travailler à l'aquarelle.

    Voilà le résultat de ma page de juin:

     

    A doodle a day ,juin

     

    Je ne continuerai pas en Juillet, de nombreuses sorties m'empêchant de dessiner tous les jours, mais ce n'est que partie remise lorsque je reprendrai un rythme de vie plus régulier!

    Merci pour vos visites et vos gentils commentaires que , pour certains, j'ai laissé sans réponse... Je vais tenter de répondre à tous dans le futur....

     


    5 commentaires
  • J'ai continué ma petite expérience d'un petit dessin par jour durant le mois de Mai...mais j'ai un peu triché en dessinant parfois 2 ou 3 cases en même temps, ayant raté le rendez-vous le jour précédent (voilà ce que c'est que d'avoir une vie décousuewinktongue).

    Le thème proposé par @alexandra_plans et @christina77star  dans #doodlewithusinmay2018 était "thème bébé".

    Je dois avouer que ce n'était pas vraiment passionnant pour moi comme thème, j'ai fait de mon mieux sans grande inspiration...

    A doodle a day , Mai

     

    Le thème pour Juin ("dans le jardin") ne me plaisait pas davantage, non pas qu'il soit sans intérêt, mais surtout parce qu'il était redondant avec celui du mois d'Avril.... J'ai donc cherché autre chose et je suis tombée sur le thème du mois de Juin 2016 : "sous l'océan".

    A doodle a day , Mai

    J'ai préparé la grille vierge et je la partage avec vous. Si vous voulez participer, vous pouvez l'imprimer. Je serai heureuse d'être accompagnée dans cette aventure!


    6 commentaires
  • C'est un truc que j'ai découvert en traînant sur le net et que je voulais essayer depuis un moment: "a doodle a day", qu'on peut traduire par "un graffiti, une gribouillage par jour" est un petit challenge dont le but est de réaliser chaque jour un petit dessin à partir d'un mot.

    J'ai donc débuté ce challenge avec le printemps, j'ai trouvé la liste sur  #OodlesofDoodlesChallengeApr par @bujosandjava, j'ai tracé mes cases et me voilà partie pour un mois de gribouilles. J'ai choisi d'ajouter un peu de difficulté au challenge en tentant de faire que chaque petite case et son dessin s'insèrent dans un ensemble cohérent sur la page.

    Voilà donc mon mois d'Avril:

     

    A doodle a day...


    14 commentaires
  • Ce festival n'a lieu que tous les deux ans, c'est pourquoi nous l'attendons toujours avec impatience en invoquant les cieux pour que le temps soit beau....

    Et les fées nous entendent car cette année encore, le soleil était au rendez-vous.

    Cette fois, c'est dans le minuscule village de Branceilles blotti autour de son église et entouré de vignes et de noyers que les korrigans et farfadets se sont donnés rendez-vous, ils ont déjà fait des leurs en investissant les lieux:

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

     

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

     

    La Vouivre les accompagne et veille sur le village:

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Nous sommes toujours sur place la veille pour être aux premières loges le matin pour le petit déjeuner littéraire.

    Pas question de le manquer cette fois: Brucero est là avec Pierre Dubois et c'est un moment magique lorsqu'il reconnaît son bousard qui prend vie en 3 dimensions (petite photo souvenir avec Brucero)

     

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    La fête continue sur deux jours et si l'on s'organise bien, on peut assister à tous les spectacles:

    Biniouman était là cette année encore, accompagné de ses cornemuses et pipeaux et d'un joueur d'accordéon et de cornemuses qui nous a épatés!

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Et nous avons bien ri avec Lilou la Pestouille qui faisait tourner son ami Taz en bourrique: on sait enfin comment vivent les korrigans et ce qu'ils pensent des humains.

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Les décors étaient magnifiques:

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

     

    Avec le cirque Pouce, nous avons rencontré deux autres Korrigans dompteurs de poules et trapézistes:

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Et ce qui nous a le plus émus au cours de ces deux jours, ce sont les merveilleux conteurs de la Guilde des Conteurs de Brocéliande, jonglant tour à tour avec l'humour et l'émotion,faisant resurgir en nous des souvenirs et des chagrins enfouis....

    Pascal, le joueur de Harpe:

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Son compère Bruno

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Et Damenora, fabuleuse conteuse et distributrice d'amour, qui sait nous mettre les larmes aux yeux et nous consoler ensuite avec un gros câlin, un vrai!

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

    Festival du fantastique en Corrèze: bienvenue à Aïcontis!

     

     

    Cette 7° édition fut encore un gros succès, le ravitaillement en crêpes, bière et autres denrées étant à cours au milieu du dimanche et le marché fantastique envahi par une foule rendant difficile l'accès aux merveilles artisanales exposées à la vente!

    Vivement dans deux ans!

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique