• Voilà maintenant une dizaine de jours que la Musaraigne a mis les voiles vers le sud pour retrouver son amie la Tortue....Et chez cette dernière, il a fait très très sec, la preuve en images:

    De retour au jardin de la Tortue

    De retour au jardin de la Tortue

    De retour au jardin de la Tortue

    De retour au jardin de la Tortue

     

    Seuls les orangers donnent une touche de vert dans ces coloris paille et le barrage de récupération des eaux de pluie est au plus bas:

    De retour au jardin de la Tortue

    Pourtant ici, personne ne parle de sécheresse, seulement de la longueur de l'été puisqu'il n'a pas plu depuis la mi-mai.

    Sous l'herbe brûlée par la chaleur, les jeunes pousses n'attendent qu'un peu d'eau pour pousser....

    Heureusement, le sous-sol sait garder son eau et notre puits qui permet d'alimenter la citerne de 5m3 en eau , même à mi-niveau, se remplit de nouveau en 24h (je vous expliquerai bientôt notre autonomie en eau et électricité).

    Et avant de commencer le jardin dans la terre poussiéreuse, une photo de ma récolte de patates douces... dans le Cantal. J'avais juste planté un petit bout de patate douce, un pied est donc très productif, il aurait fallu le laisser quelques semaines de plus en terre pour que les tubercules se développent davantage. A retenter l'année prochaine!

    De retour au jardin de la Tortue

     


    2 commentaires
  • Il va nous falloir quitter le jardin de la Tortue et retrouver celui de la Musaraigne...

    Les dernières cueillettes sont presque achevées, plus de radis, encore 3 salades et les derniers pois gourmands . Il ne restera que les fèves à cueillir peu avant le départ.

    Dernières cueillettes au jardin de la Tortue

    Les derniers pois gourmands ont été conservés en bocal pour de bonnes poêlées estivales:

    Dernières cueillettes au jardin de la Tortue

    Et les semis pour le jardin de la Musaraigne ont déjà donné de beaux plants bientôt prêts à être repiqués:

     

    Dernières cueillettes au jardin de la Tortue

    Dernières cueillettes au jardin de la Tortue

    Dernières cueillettes au jardin de la Tortue

    Dernières cueillettes au jardin de la Tortue

     

    Comme vous pouvez le voir sur les photos, quand on n'a plus de poquets en plastique, on diversifie: pots de yaourts, packs de lait, petites boîtes de conserve, tout est bon si l'on n'oublie pas de percer le fond!

    Bonne plantation aux jardiniers!


    5 commentaires
  • Oh, oh, oh, me voilà descendue dans mon jardin pour y cueillir de la salade et des radis!

    J'en ai profité pour prendre quelques photos et les partager avec vous, salades, radis, fèves, chou romanesco et fleurs de pois gourmands et de coquelicots.

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Le temps de savourer!

    Un petit goût de printemps dans les assiettes (sans coquelicot bien sûr!)


    3 commentaires
  • La douceur de l'hiver permet la mise en place de cultures même au mois de Novembre...

    Voilà les jeunes choux brocolis prêts à donner leurs bouquets, il faudra encore un peu de temps pour les choux fleurs, les romanesco et les choux "repolho".

    Jardin d'hiver...et début de printemps!

    Les fèves et les pois gourmands ont fait une pousse spectaculaire en février, bien protégés par un enclos de grillage pour empêcher les lapins d'aller grignoter les jeunes pousses!

    Et puis quelques pieds de salades bientôt prêts à passer à table et sous les bouteilles qui font d'excellentes serres, d'autres petits pieds de salades à l'abri des limaces...

    Jardin d'hiver...et début de printemps!

    Et c'est le début de semis pour la nouvelle saison qui s'annonce un peu plus haut dans l'hémisphère: poireaux, aromatiques, salades, choux (oui, encore!),tomates... Il n'y a plus qu'à patienter!

    Jardin d'hiver...et début de printemps!

    A côté, des boutures de romarin et de rosier:

    Jardin d'hiver...et début de printemps!

    Et un jeune pied d'avocat né de ma tentative de germination d'un noyau cet été.

    Jardin d'hiver...et début de printemps!

    Et pour finir, je vous offre un petit bouquet de mimosa bien parfumé!

    Jardin d'hiver...et début de printemps!


    4 commentaires
  • Au jardim da Tartaruga, ce n'est pas parce que c'est l'hiver qu'il n'y a rien à faire, au contraire!

    Les mois d'été torrides ont produit leurs fruits et il est temps maintenant de récolter les olives...

    Tout commence par la cueillette: à la main sur les branches les plus basses, à la gaule pour faire chuter les inatteignables avant de les ramasser au sol ou dans un filet.

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    Une fois les sacs pleins, il ne faut plus traîner pour les porter à la coopérative...

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    C'est le moment de la pesée: les olives sont vidées dans un énorme entonnoir terminé par une trappe.

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    Lorsque la trappe s'ouvre, les olives sont acheminées sur un tapis roulant jusqu'à différents bains de lavage: c'est un peu" le grand huit" de l'olive.

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

     

    Les olives disparaissent dans un second grand entonnoir...

    De l'arbre à l'assiette...

    Et l'opérateur nous révèle alors le poids de la cueillette et nous délivre le bon qui servira à récupérer l'huile dans quelques mois.

    De l'arbre à l'assiette...

    Bon, normalement, à cette étape, on doit s'en aller.... Mais j'ai voulu faire ma petite enquête pour savoir où avaient disparu mes olives... Direction la salle des opérations....

    Je suis un peu déçue parce qu'on ne voit pas grand chose : il n'y a personne, les machines tournent seules dans un bruit assourdissant:

    Les olives sont dirigées vers un gros cylindre inox : en bas à gauche en sort une pâte d'olive et de l'autre côté, une huile opaque et lourde.

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    De l'arbre à l'assiette...

    Et plus loin, après un parcours souterrain, le produit fini...

    De l'arbre à l'assiette...

    Tout cela reste assez mystérieux: pas de moulin, pas de pressoir, une seule énorme machine qui semble à la fois réduire en pâte et presser....

    Il faudra que je pousse plus loin mes investigations.....

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique